Philia vous propose cette nouvelle rubrique “Découvre-feu” pour garder le lien pendant toute la durée de la fermeture des théâtres, à compter du mois de janvier 2021.

François-Xavier Bellamy explore de grands thèmes de la philosophie par cycles de 3 vidéos, en accès libre pour tous !

Même si rien ne remplace la véritable présence, nous espérons que cette nouvelle formule du “Découvre-feu” vous permettra de philosopher en ces temps délicats.

Premier cycle : “Retrouver la liberté”

Épisode 1/3

Qu’est-ce que la liberté ? Nous y aspirons tous, mais en quoi consiste-t-elle vraiment ? La première définition, celle qui s’impose, serait l’absence de contraintes. Comment peut-on se dire libre quand on est contraint, quand tout s’oppose à notre volonté ?

Épisode 2/3

La liberté n’est donc ni une indétermination ni un renoncement. Au contraire, être libre c’est se déterminer et créer. La liberté bien comprise est conciliable avec la présence d’autrui et avec notre désir de sécurité, mais elle devient désormais un chemin exigeant.

Épisode 3/3

La liberté est engageante, elle suppose un prix à payer. Bien loin d’être un chemin linéaire, notre liberté émerge de conditions souvent exigeantes. La marche vers la liberté est faite d’humilité, d’angoisse, de risques. Comment mener à bien cette aventure ?

Deuxième cycle : “Se remettre à table”

Entrée

Que nous dit la philosophie à propos de nos repas ? Le fait de se nourrir ne nous différencie pas des bêtes, mais la gastronomie témoigne bel et bien de notre humanité. De la violence de la faim à l’art de la gastronomie, étudions ensemble la complexité philosophique du repas.

Plat de résistance

La table crée les conditions de la rencontre ; elle est le lieu d’une expérience sociale. Plutôt que de prendre de la place, elle offre un espace aux hommes, leur permettant tant de vivre des moments de partage que de se confronter les uns aux autres.

Dessert

Cuisine et philosophie ont partie liée. On dit qu’Héraclite aurait accueilli des visiteurs timides par la phrase suivante : “entrez, il y a des dieux aussi dans la cuisine !”. Nietzsche poursuivra cette idée en soulignant l’importance de la rumination dans toute expérience philosophique.

Troisième cycle : “Reprendre le temps”

Épisode 1/3

“Tempus fugit”. Notre existence est réglée sur le temps, qui nous est compté mais demeure insaisissable. Est-il une chose en soi ? Est-il un palais ou une prison ? Quelle relation entretient-il avec le mouvement ? Reprenons le temps d’y réfléchir !

Épisode 2/3

Nos montres et nos horloges opèrent une spatialisation du temps dont nous devons nous affranchir pour reprendre conscience de la continuité et de l’épaisseur du temps. Pour dépasser la vision d’un temps discontinu et entrer dans la véritable “durée”, Bergson nous invite à la contemplation.

Épisode 3/3

Souvent angoissante, la conscience de notre finitude est avant tout une chance. L’immense valeur du temps vient précisément du fait qu’il nous est compté. La philosophie nous invite ainsi à envisager le temps comme un cadeau, un véritable “présent” !

Quatrième cycle : “Dormir pour mieux veiller”

Épisode 1/3

Même si la philosophie vise à éveiller nos esprits, le sommeil y possède une place particulière. Plutôt que d’opposer sommeil et travail, efforçons-nous de trouver une juste mesure pour les réconcilier afin d’être pleinement disponibles pour « faire œuvre d’homme » comme le disait Marc Aurèle.

Épisode 2/3

Contrairement aux bêtes, il arrive aux hommes de ne pas réussir à s’endormir. Que nous révèlent donc nos insomnies ? Elle sont une souffrance pour qui les subit, mais l’on peut aussi y trouver l’occasion d’un éveil philosophique.
Et si nos insomnies nous révélaient en réalité notre humanité ?

Épisode 3/3

« La nuit porte conseil », mais, plus encore, la nuit est le lieu de l’abandon. En effet, le dormeur s’en remet tout entier à ceux qui protègent son sommeil. C’est ainsi que, comme le disait Alain, « nos institutions sont plutôt filles de nuit que filles de faim, de soif, ou d’amour ».

Cinquième cycle : “Reprendre sa respiration”

Épisode 1/3

Arrêtez le sport ! Socrate affirmait déjà que l’essentiel se trouve à l’intérieur de nous-mêmes. Pourquoi donc pratiquer une activité inutile, sans autre but qu’elle-même, quand on peut élever son esprit grâce la philosophie ? Du point de vue du philosophe, le sport semble bien vain…

Épisode 2/3

Par sa gratuité, l’expérience sportive peut sembler absurde. Or le sport condense de nombreux aspects de notre vie, nous invite à entretenir notre énergie et à passer de la puissance à l’acte… En somme, le sport participe de notre condition humaine.

Épisode 3/3

L’effort requis par le sport implique une force mentale et rejoint notre “volonté de puissance” théorisée par Nietzsche. Loin de tout dualisme, le sport nous oblige à considérer que le corps et l’esprit interagissent : “mens sana in corpore sano”. La véritable pensée va de pair avec l’incarnation.