Contrairement aux bêtes, il arrive aux hommes de ne pas réussir à s’endormir. Que nous révèlent donc nos insomnies? Elle sont une souffrance pour qui les subit, mais l’on peut aussi y trouver l’occasion d’un éveil philosophique.
Et si nos insomnies nous révélaient en réalité notre humanité ?

PODCAST : Réécoutez ce podcast

VIDÉO : Découvre-feu | Dormir pour mieux veiller | 2/3

 

Baudelaire, De profundis clamavi – derniers vers
« Je jalouse le sort des plus vils animaux
Qui peuvent se plonger dans un sommeil stupide.
Tant l’écheveau du temps lentement se dévide ! »


Saint-Exupéry, Le Petit Prince
« “Approche-toi que je te voie mieux, lui dit le roi qui était tout fier d’être roi pour
quelqu’un.
Le petit prince chercha des yeux où s’asseoir, mais la planète était toute encombrée
par le magnifique manteau d’hermine. Il resta donc debout, et, comme il était fatigué,
il bâilla.
– Il est contraire à l’étiquette de bâiller en présence d’un roi, lui dit le monarque. Je te
l’interdis.
– Je ne peux pas m’en empêcher, répondit le petit prince tout confus. J’ai fait un long
voyage et je n’ai pas dormi…
– Alors, lui dit le roi, je t’ordonne de bâiller. Je n’ai vu personne bâiller depuis des
années. les bâillements sont pour moi des curiosités. Allons ! bâille encore. C’est un
ordre.
– Ca m’intimide… je ne peux plus… fit le petit prince tout rougissant.
– Hum ! Hum ! répondit le roi. Alors je… je t’ordonne tantôt de bâiller et tantôt de… Il
bredouillait un peu et paraissait vexé.
Car le roi tenait essentiellement à ce que son autorité fût respectée. Il ne tolérait pas
le désobéissance. C’était un monarque absolu. »


Emil Cioran, Aveux et Anathèmes
« Bien plus que le temps, c’est le sommeil qui est l’antidote du chagrin. L’insomnie, en
revanche, qui grossit la moindre contrariété et la convertit en coup du sort, veille sur
nos blessures et les empêche de dépérir. »


Emil Cioran
« Pendant l’insomnie, je me dis, en guise de consolation, que ces heures dont je
prends conscience, je les arrache au néant, et que si je les dormais, elles ne
m’auraient jamais appartenu, elles n’auraient jamais existé. »


Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra
« On vantait à Zarathoustra un sage que l’on disait savant à parler du sommeil et de
la vertu, comblé d’honneurs et de récompenses à cause de cela, entouré de tous les
jeunes gens qui se pressaient autour de sa chaire. C’est chez lui que se rendit
Zarathoustra et, avec tous les jeunes gens, il s’assit devant sa chaire. Et le sage
parla ainsi :

Gardez en honneur le sommeil et respectez-le ! C’est la chose première. Et évitez
tous ceux qui dorment mal et qui sont éveillés la nuit !
Ce n’est pas une petite chose que de savoir dormir : on a besoin déjà de veiller tout
le jour pour pouvoir bien dormir.
Dix fois dans la journée il faut te surmonter toi-même : cela suscite une bonne
fatigue et c’est le pavot de l’âme.
Dix fois, il faut te réconcilier avec toi-même ; car il est amer de surmonter, et celui qui
n’est pas réconcilié dort mal.
Il faut que tu trouves dix vérités pendant le jour ; autrement tu chercheras des vérités
pendant la nuit et ton âme restera affamée.
Dix fois dans la journée il te faut rire et être joyeux : autrement tu seras dérangé la
nuit par ton estomac, ce père de l’affliction.
Peu de gens savent cela, mais il faut avoir toutes les vertus pour bien dormir.
Porterai-je un faux témoignage ? Commettrai-je un adultère ? Convoiterai-je la
femme de mon prochain ? Tout cela s’accorderait mal avec un bon sommeil.
Et même si l’on avait toutes les vertus, il faudrait s’entendre à une chose : envoyer
dormir à temps même les vertus.
Paix avec Dieu et le prochain, ainsi le veut le bon sommeil. Et paix encore avec le
diable du voisin. Autrement il te hantera nuitamment.
Honneur et obéissance à l’autorité, et même à l’autorité boiteuse ! Ainsi le veut le
bon sommeil. Celui qui conduit ses brebis sur la verte prairie sera toujours pour moi
le meilleur berger : ainsi le veut le bon sommeil.
Je ne veux ni beaucoup d’honneurs, ni de grands trésors : cela fait trop de bile. Mais
on dort mal sans un bon renom et un petit trésor.
Une petite société m’est préférable à une société méchante : ainsi le veut le bon
sommeil. »