Devant la profondeur absolue ou le néant abyssal, il nous arrive d'éprouver l'ivresse et l'angoisse du vertige. Faut-il craindre les espaces infinis qui sont en-dessous de nos pieds, au-dessus de nos têtes, ou les vides sidéraux et sidérants qui traversent notre expérience quotidienne, qui traversent parfois notre actualité. Faut-il craindre ce qui pourrait nous inspirer le sentiment de la profondeur ? Faut-il accepter que dans nos vies, il y ait une place pour le blanc, le silence, la distance, pour ce qui n'est pas habité ? Que faut-il faire des vides qui traversent notre existence ? Faut-il avoir peur du vide ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.