L'oeuvre d'art introduit une étrange parenthèse dans les soucis du quotidien : alors que nous sommes sans cesse en quête de l'utile, du profitable, il semble bien que les fictions que produit l'artiste ne puissent nous servir à rien, qu'elles ne répondent à aucun besoin... Faut-il alors condamner la vanité de l'oeuvre d'art ? Sa gratuité ne désigne-t-elle pas une forme de nécessité un peu différente ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.