Vous n'avez donc pas fait grève, vous êtes venus travailler et j'espère que vous ne ressortirez pas d'ici trop fatigués. C'est de fait la fatigue qui va faire l'objet de notre réflexion d'aujourd'hui dans ce mois de décembre déjà trop long, dans ce froid déjà trop pesant, à cette époque singulière où le temps de travail se fait pesant et où les vacances se font encore trop lointaines... A-t-on le droit d'être fatigué ? Dans l'époque à laquelle nous vivons, cette question se pose en effet : beaucoup d'entre vous ne se sentent peut-être pas ce droit de se reconnaître fragile face au travail qu'ils ont à faire, face aux multiples soucis de la vie. A-t-on le droit d'avouer qu'on est limité, parfois fragile, incapable de tout assumer ? A-t-on le droit d'avouer sa fatigue ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.