Philia, Saison 7

A-t-on le droit d’être fatigué ?

Vous n'avez donc pas fait grève, vous êtes venus travailler et j'espère que vous ne ressortirez pas d'ici trop fatigués. C'est de fait la fatigue qui va faire l'objet de notre réflexion d'aujourd'hui dans ce mois de décembre déjà trop long, dans ce froid déjà trop pesant, à cette époque singulière où le temps de travail se fait pesant et où les vacances se font encore trop lointaines... A-t-on le droit d'être fatigué ? Dans l'époque à laquelle nous vivons, cette question se pose en effet : beaucoup d'entre vous ne se sentent peut-être pas ce droit de se reconnaître fragile face au travail qu'ils ont à faire, face aux multiples soucis de la vie. A-t-on le droit d'avouer qu'on est limité, parfois fragile, incapable de tout assumer ? A-t-on le droit d'avouer sa fatigue ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.

Que nous enseigne l’erreur ?

Je me suis trompée ... voilà qui ouvre la réflexion de ce soir, cette réflexion si singulière sur l'enseignement de l'erreur : que nous enseigne l'erreur ? Car si vous êtes tous ici ce soir, c'est que vous êtes amis de la vérité et non pas de l'erreur. Comment pourrions-nous attendre d'apprendre quelque chose de l'erreur. L'erreur c'est le fait de se perdre, d'errer, de se laisser perdre par la complexité des choses. Que pourrait-on gagner dans le fait de s'être perdu ? Voilà la question que nous allons explorer ce soir : que nous enseigne l'erreur ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.

Faut-il ne jamais s’habituer ?

Faut-il ne jamais s'habituer ? Nous avons tous nos habitudes bien sûr : métro, boulot, dodo ... Notre vie est faite d'habitudes, de bonnes et de mauvaises habitudes, nous en reparlerons. Fondamentalement, ne pouvons-nous pas nous poser cette question : toute habitude n'est-elle pas mauvaise ? Parce que l'habitude nous engourdit, nous endort, nous habitue à trouver que le monde est banal, monotone et trop régulier peut-être. Parce que l'habitude étouffe ce qu'il y en nous de liberté, de nouveauté, de capacité d'attention pour la singularité des choses. Toute habitude est-elle mauvaise ? Faut-il se laisser encore toucher par la capacité d'émerveillement ou bien d'indignation parfois ? Être capable de s'indigner, de se révolter, de ne pas être blasé de ce monde, de ne pas se résigner à l'injustice ? Faut-il ne jamais s'habituer ni au pire ni au meilleur ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.

Le réel existe-t-il ?

Qu'est-ce qu'une chose en réalité ? Qu'est ce qui est réel ? Le réel existe-t-il comme quelque chose que nous aurions tous en commun et auquel nous pourrions nous référer, comme une sorte de pierre de touche qui pourrait nous servir de lien ? Qu'est-ce qui fait la différence entre le réel et l'irréel, entre la vérité et l'illusion ? Les deux questions sont liées. Et si nous voulons savoir, il nous faut savoir de quoi nous parlons. Alors ce soir nous allons nous poser ensemble cette étonnante question : le réel existe-t-il ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.

Par où commencer ?

Toutes les belles histoires commencent par "Il était une fois...". Mais avant tous les "Il était une fois...", il était toujours autre chose ! Comment commencer ? Comment recommencer ce que l'on avait entrepris ? Comment s'engager dans la réflexion philosophique, ou la reprendre où on l'avait laissée ? Par où commencer ? Derrière cette question étonnante, il y a un problème essentiel pour la vie, comme pour la pensée, qu'il nous faut tenter d'éclairer... pour commencer ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.