La tension du désir anime notre existence : il nous met en mouvement vers l'objet qui, en lui donnant satisfaction, nous offrira le plaisir que nous espérons. Il semble donc évident qu'il faille satisfaire nos désirs. Et pourtant, n'est-ce pas nous engager sur la voie sans fin d'une irrémédiable frustration ? Nous n'avons pas un désir, mais une infinité de désirs ; à peine notre attente comblée, une autre vient la remplacer. Serons-nous jamais satisfaits ? Ne vaut-il pas mieux renoncer à la malédiction du désir, pour nous contenter de notre état ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.