"Memento mori", souviens-toi que tu es mortel : voilà l'avertissement pluriséculaire lancé par les artistes occidentaux à ceux qui, devant le spectacle de la beauté, auraient pu s'attacher un peu trop aux joies de l'existence. Et de fait, tout ce que nous mettons tant d'effort à rechercher ici-bas semble inéluctablement condamné à disparaître. Il suffit de penser la mort pour que ce qui occupe notre vie perde la valeur que nous lui donnions. Et pourtant, sommes-nous si certains que la mort soit à ce point le contraire de la vie ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.