Lorsque vient le moment d'obéir, il semble évident que nous ne sommes plus tout à fait libres. Quelle que soit l'autorité qui m'impose son ordre, elle me commande en effet d'abdiquer ma volonté propre pour plier mon comportement au commandement qu'elle me présente. Au nom de quoi, alors, est-il raisonnable de renoncer à sa liberté ? L'obligation est-elle pure contrainte, et l'obéissance pure soumission ? Réfléchir sur l'acte d'obéir, c'est redécouvrir que la reconnaissance de la loi est peut-être d'abord un effet de ma liberté, et même un fondement sur laquelle l'établir.

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.