"Mon corps m'appartient": c'est au nom de cette revendication que notre société organise un nouvel ordre des corps, dans lequel chacun doit se voir débarrassé des impératifs et de l'ascétisme hérités de l'histoire. Mais ce nouvel ordre n'a pas délivré nos corps, bien au contraire : ils sont plus que jamais sans doute soumis aux normes, aux stéréotypes que véhicule la culture commune. Et surtout, ils demeurent considérés comme les objets, nécessaires et pesants, de notre subjectivité abstraite et rationnelle. Mais qui sont ces corps que nos esprits gouvernent avec supériorité, et considèrent de l'extérieur ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.