Philia, saison 5

Que gagne-t-on à donner ?

Noël approche ! Et avec cette fête, la tradition qui l'accompagne, celle de se faire des cadeaux. Peut-être les vôtres sont-ils déjà faits... Mais derrière l'évidence familière de ce rituel se cache en fait quelque chose de très mystérieux. Quelle étrange motivation peut bien conduite un individu rationnel à dépenser pour ce qui semble ne rien lui rapporter du tout ? Bien sûr, le marché profite de tout, et déjà les grands magasins se sont couverts de vitrines qui vous incitent à dépenser. Pourtant cette dépense ressemble bien à une aberration économique. Peut-être ne l'est-elle pas tant qu'elle n'en a l'air ? Quels retours peut bien espérer celui qui donne gratuitement ? Et d'ailleurs, est-ce si gratuit que cela ? Que gagne-t-on à donner ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.

Être soi-même, est-ce n’imiter personne ?

Nous avons réfléchi ensemble à la différence majeure entre l'homme et l'animal. Mais si l'homme est un homme, c'est aussi et d'abord par les autres. Vivre en société et se laisser transformer par la vie en société, vivre sous le regard des autres, transformer leur propre regard sur soi et sur le monde qui les entoure, c'est ce qui fait aussi, une part de la condition humaine. Cette part de la condition humaine, nous la désignons sous le mot, trop rarement usité et pourtant si décisif d'imitation. Nous ne cessons de nous imiter, de nous imiter entre nous et d'imiter des modèles qui font notre société, parfois même à travers l'histoire, mais si nous imitons nous-mêmes, entre nous, alors qu'est ce qu'être soi-même ? Être soi-même, n'est-ce pas refuser d'être une copie ? N'est-ce pas choisir d'être un original ? Être soi-même, est-ce n'imiter personne ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.

L’homme est-il un animal comme les autres ?

Bien des débats politiques et sociaux tournent aujourd’hui autour de la question de l’environnement – de cette planète qui nous inquiète et dont l’avenir, bien sûr, nous concerne. Cet avenir concerne avec nous tous les humains vivant aujourd’hui, et demain. Il matérialise pour la première fois un lien concret et immédiat, un intérêt commun à toute l’humanité. Mais faut-il s’arrêter là ? Dans notre préoccupation commune, n’est-il pas temps d’inclure d’autres sujets de droit ? Victimes collatérales de nos projets irraisonnés, des êtres que nous disons pourtant dénués de raison vivront avec nous notre sort, et subissent déjà plus que nous, par l’extinction d’espèces entières, les conséquences de nos folies. Les animaux ne doivent-ils pas enfin être reconnus eux aussi ? Ne sommes-nous pas plus bêtes qu'eux ? L'homme est-il un animal comme les autres ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.

La science peut-elle tout connaître ?

Nous voici prêts à chercher une vérité ; quel discours aura le plus de chances de nous l’offrir ? Notre époque est marquée par la confiance qu’elle accorde à la science, sur le plan de la connaissance : ce qui a été prouvé par elle est réputé acquis de façon incontestable. Il faut écouter la science. Jusqu’à, peut-être, n’écouter qu’elle ? Face à l’autorité scientifique, quel discours concurrent peut encore prétendre s’élever ? Ne faut-il pas se défaire des vieilles religions, des approximations littéraires, des élucubrations philosophiques, pour rejoindre le monde des experts, et devenir vraiment savants ? La science progresse, jusqu’à résoudre des questions que d’autres disciplines avaient exploré en vain avant elle… Y a-t-il un seul problème qui puisse lui résister longtemps ? La science peut-elle tout connaître ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.

Est-il raisonnable de chercher une vérité ?

C'est le début d'une nouvelle année qui sera consacrée, comme les précédentes saisons, à chercher ensemble la vérité. Mais ce projet n'est-il pas absurde ? N'est-il pas déraisonnable ? Ne faudrait-il pas reconnaître que la vérité nous échappe - et qu'elle doit nous échapper, pour que nous puissions vivre ensemble ? Pour que nous puissions partager une paix, un respect mutuel, que l'affirmation d'une vérité unique viendrait nécessairement troubler... Mais pouvons-nous nous passer de rechercher la vérité ? Et serait-ce vraiment être sage que de renoncer à l'idée de la trouver ? Est-il raisonnable de chercher une vérité ?

Connexion nécessaire

Abonnez-vous ou connectez-vous pour accéder
aux enregistrements des conférences.